l'Amerique Latine à l'arrache !

La decouverte du Paraguay - Vendredi 22 Aout

 

Après une dizaine d’heures de route très médiocre, nous arrivons à la frontière bolivienne. Nous allons quitter ce pays si atypique mais tellement passionnant ! Nous commençons à suivre une file d’attente qui finalement n’est pas la bonne puisque nous ne sommes pas boliviens. Tous les bus pour Asunción partent à la même heure de Santa Cruz, ils arrivent donc logiquement ensemble à ce poste frontière posé au milieu de rien. Et 5 bus qui arrivent à une frontière en même temps, cela engendre de l’attente ! Nous voilà à 5h30 du matin attendant notre tour pour rentrer dans cette espèce de grange qui sert de frontière. L’attente est tellement longue que les musiciens de notre bus retournent chercher leurs instruments de musique et recomposent leur Fanfare. Ils se mettent à jouer un morceau là juste devant la frontière. Cet événement inattendu bouscule la petite vie tranquille des douaniers …

mais ils prennent cela avec le sourire. Il faut dire qu'une fanfare entière c’est très puissant en terme de décibels. A 5h du Matin, cela permet de bien nous réveiller. Cette puissance sonore me rappelle les dessins animés, lorsqu’il y a une grosse trompette, les gens ont les cheveux qui partent en arrière, hé bien c’était quasiment cela. Ils jouent deux morceaux et se repositionnent tranquillement dans la file d’attente comme s’il ne s’était rien passé. Avec Yoann, nous sommes morts de rire de ce qu’il vient de se passer ! Nous finissons par avoir notre visa de sortie. Nous remontons dans le bus et prenons la direction du Paraguay. Les militaires présents avec nous dans le bus étaient sans doutes là pour nous surveiller puisqu’ils se sont arrêtés au poste frontière. Après une heure de route nous entrons au Paraguay, mais la frontière douanière n’est pas à l’entrée du pays, il faut rouler pendant 5 h de rien, c’est à dire de la route toute droite sur des centaines de kilomètres. Le paysage se limite à des arbres de cotons et quelques oiseaux qui me sont inconnus, c’est un peu monotone. Ah si parfois il y a deux maisons en bois…avec un gros panneau « ralentir Zone Urbaine ! ». Nous n’avons aucun guide sur ce pays mais étant donné l’appellation Zone Urbaine pour deux maisons, nous imaginons Asunción avec pas plus de 30 habitants ! Enfin nous arrivons au poste frontière du Paraguay, le bâtiment est beaucoup plus présentable qu’en Bolivie, il ressemble nettement à une douane comme nous pourrions en avoir une en France. La procédure est assez spéciale, il faut poser nos sacs ouverts en ligne puis nous mettre un peu à l’écart en ligne, cela fait très autoritaire. Ils ouvrent une cage et un chien sort pour sentir tous les sacs un par un. Malgré la connaissance exacte de tout notre paquetage il y a toujours un petit stress au moment de notre sac ! Finalement il ne trouve rien. Le chien est remis dans sa cage et là, sur les 30 personnes alignées, il me regarde MOI et dit : « Viens avec ton sac et montre moi ce qu’il y a dedans ». Evidemment je suis blanc et surtout j’ai une barbe de 2 mois, je suis une cible idéale. Il me fait vider mon sac dans tout les sens du terme puisque il me pose beaucoup de questions sur ma visite mais aussi sur ma vie en générale .Il demande également à voir mon billet retour. Finalement il me laisse rentrer sans problèmes , il me demande avec qui je voyage, je lui montre yo du doigt qu’il interroge également séparément . Par contre vu que lui part de Santiago et moi de Sao Paulo, notre discours n’est plus très crédible mais en fait il s’en fiche et le laisse passer aussi ! Après cet interrogatoire, nous passons un par un pour avoir un joli tampon rond : Nous sommes officiellement au Paraguay ! Mais la route est encore longue un gendarme du Paraguay monte avec nous dans le bus : sommes nous encore surveillés ? En tout cas nous sympathisons avec lui, yo lui donne même quelques centimes d’euros, ce cadeau le ravit parce qu’il fait la collection des pièces étrangères. Le trajet est encore très long dans ce désert marécageux. La route est bien goudronnée mais toute droite encore pour des centaines de kilomètres. 24h de bus c’est tout de même très long. Lorsqu’on fait 16 h le trajet cela ne nous dérange pas, mais au bout de 24 h la fatigue se fait réellement sentir et devenons très vite irritable, il est temps d’arriver ! Enfin vers 19h nous arrivons dans Asunción ! L’arriver dans cette petite capitale est un vrai choque culturel. Après avoir vécu plusieurs semaines au Pérou et en Bolivie, se retrouver dans une ville sensiblement semblable à l’Europe en terme de niveau de vie nous surprend véritablement ! Nous nous attendions à une transition, une ville un peu plus riche que Santa Cruz mais pas aussi rangé. Dans les rues, ce ne sont pas des vendeurs de partout mais simplement des gens rentrant chez eux ou attendant à des VRAIS arrêts de bus avec des tarifs fixes non négociables. A la gare routière il faut se déplacer jusqu’au guichet pour acheter son billet !Nous achetons un billet pour Ciudad del Este qui est la ville frontalière avec Foz do iguazu ou se trouve les fameuses chutes d’Iguazu mondialement connues. Nous pensions loger sur Asunción et partir demain puisque c’est à seulement 5 h de bus ! Mais le temps nous manque et finalement nous prendrons le bus à 0h20 pour économiser une nuit d’hôtel. Nous avons donc 4h pour visiter cette ville. Nous n’avons rien : pas de plan, pas de guide .Un bus nous conduit dans le centre, nous commençons notre visite par une fête organisée par la fac de droit avec de la musique locale, l’ambiance est un peu morte nous y resterons simplement quelques minutes.

Nous avons la mauvaise idée de demander à un policier dans la rue les lieux à ne pas manquer .Pendant 20 minutes il nous explique en long en large et en travers ce qu’on peut visiter …ce policier n’a pas de bouton off nous sommes obligés de le laisser parler dans le vide pour s’en dépêtrer. Enfin nous atteignons la place principale qui est plutôt jolie, la ville dans l’ensemble est architecturalement réussie. Une petite ville tranquille ou il doit y faire bon vivre.

Le flic nous a prévenu de ne pas aller plus loin que cette place parce qu’en dessous c’est dangereux. En descendant un peu en effet, grosse surprise : des bidons ville sont installés juste en dessous de la place principale. Nous avons un choc lorsque nous les découvrons. Ce sont vraiment deux mondes à part qui se partage un même lieu !cette place comme les rue adjacentes sont assez vide, même complètement VIDE, peut être parce que c’est dangereux…là ou nous dînons quelques rues plus loin ,le gardien possède une arme pour surveiller la porte, encore une fois nous sommes surpris .Décidément nous allons de surprises en surprises ce soir. La dernière supéfaction est celle des bars et boites qui semblent bien sympa. Nous buvons un coup dans l’un d’eux, dommage que nous devions partir, nous serions bien rester un peu plus longtemps dans cette ville. Le manque d’informations nous a donné une impression de mystère, comme si tout était caché et qu’il fallait le découvrir. Je pense que nous en avons déjà découvert pas mal !Pris dans l’ambiance nous prenons le bus un peu tard, vu la lenteur du conducteur nous sommes même en retard au terminal : Il est 00h25 nous avons 5 minutes de retard !Ouf ,le bus n’est pas encore parti nous sautons dedans pour une courte nuit de voyages jusqu’à l’autre grande ville du paraguay : Ciudad del Este.



Publié à 03:49, le 22/08/2008, Asunción
Mots clefs :
.. Lien


{ Page précédente } { Page 1 sur 49 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Où suis-je actuellement ?






Rubriques


Derniers articles

La decouverte du Paraguay - Vendredi 22 Aout
Les ruines de Samaipata - jeudi 21 Aout
Samaipata : si pres de la jungle... - Mercredi 20 Aout
Santa Cruz : ville VIDE ! Mardi 19 Aout
Sucre : jour 2 - Lundi 18 Aout

Menu


Amis