l'Amerique Latine à l'arrache !

Machu Picchu : UNIQUE! - Dimanche 10 Aout

 

Quand on parle du Pérou, on pense immédiatement au Machu Picchu ! Nous avons donc l’énorme privilège de nous lever en se disant : « aujourd’hui, nous visitons le Machu Picchu ». Mais il faut le mériter…Lorsque nous arrivons à 5 h à la gare, de nombreux touristes sont déjà présents. Le quai se vide peu à peu alors que le train se remplit de gens impatients. L’entrée dans le train est marqué par cet enthousiasme général. La fraîcheur matinale n’enlève rien à l’excitation de chacun. On ressent un peu une ambiance de grand événement, comparable à Noël ou à l’entrée d’un parc d’attraction. La lune éclaire l’intérieur du wagon laissé dans le noir par souci d’économie. Si la lune éclaire, c’est signe de beau temps ! Nous allons très vite déchanter . Au fur et à mesure du voyage, le jour se lève, les nuages se multiplient et finissent même par donner de la pluie. La déception des touristes est flagrante. Chacun reste fixer à la fenêtre en rêvant à une éclaircie soudaine. Le train s’arrête à Aguas Calientes, un petit village extrêmement touristique puisqu’il est à 8 km au pied du Machu Picchu. Il pleut encore…En 30 min, nous visitons plusieurs hôtels aux prix excessifs puis nous finissons par trouver un hôtel très rudimentaire pour une somme raisonnable. Nous déposons notre sac pour la journée, nous achetons notre billet pour rentrer au Machu Picchu puis nous entamons la monté sur le site. Au début de la montée, la pluie s’arrête, on se rassure en se disant que c’est déjà cela tout en voyant la brume envahissant tous les sommets. La végétation est complètement différente à Cusco. Une forêt touffue semi-tropicale recouvre la montagne de la vallée jusqu’aux sommets vertigineux. La montée est assez difficile mais surtout longue, imaginez monter un escalier à une allure rapide pendant 1 heure : cela ferait beaucoup d’étages .Par contre la récompense est en haut , nous avons une magnifique vue sur toute la vallée ! Mais le sommet est caché par les nuages ! Une fois le contrôle de billet passé nous entrons enfin sur le site ! Et la comme par magie, le ciel commence à se dégager peu à peu. Certes il reste encore quelques nuages. Le temps de s’asseoir et d’admirer les ruines pendant  2 heures sans se lasser, le soleil pointe le bout de son nez et nous offre une vue encore plus spectaculaire. Ce moment est GRANDIOSE !

Le Machu Picchu n’est pas une légende, il est incontournable. Apres ces deux heures, nous souhaitons monter au Wanay Picchu, la montagne derrière les ruines, celle qui est sur toutes les photos classiques. Par contre, seulement 400 personnes peuvent y monter par jour. A l’entrée, ils nous précisent que c’est impossible, que le chemin est déjà plein. Je sens le coup de bluff pour qu’il y ait moins de monde à monter. Et en effet, sur présentation du ticket d’entrée et une inscription de nos noms et prénoms, nous avons accès à cette montagne. Nous ne sommes pas au bout de nos peines, le chemin est très escarpé et le dénivelé est assez élevé sur une distance très courte. Autant dire que la montée est très très difficile surtout après être monté à pied jusqu’au site. Mais encore une fois, la vue du sommet est la récompense de nos efforts. La vue est encore plus plongeante sur la vallée et sur les ruines. Essoufflés, nous  apprécions tout de même ce principe de : effort à réconfort. Nous sommes exténués par la montée et par l’altitude mais nous enchaînons tout de même un dernier chemin tout aussi difficile pour découvrir de nouvelles ruines. Ce tour nous prend 2 h alors que le guide du routard l’estime à 4 h. Il faut dire nous avons marché bien vite. Parfois, il faut escalader des rochers, monter des échelles, redescendre à un endroit puis remonter à un autre, une ballade magnifique mais épuisante.

 

De retour sur le site du Machu Picchu, le soleil illumine complètement ces impressionnantes ruines. La pluie du matin est totalement oubliée et a laissé place à une chaleur étouffante. Nous visitons à un rythme beaucoup plus doux, nous sommes fatigués et déshydratés. La rareté du lieu nous pousse quand même à traverser chaque partie de cette immense cité inca ! Une fois la visite terminée nous nous posons …j’entends 2 filles francophones parler, je dis à Yoann que je suis sur qu’elles sont profs. Bingo, j’entame la conversation et fini par savoir ce que je voulais : une instit belge et une future prof de physique française ! Nous discutons un bon moment et découvrons que nous prenons le même train demain matin. Nous les reverrons sûrement ! La descente à pied est aussi fatigante mais ce ne sont pas les même muscles qui travaillent. Une fois en bas, nous sommes vraiment épuisés. Une longue pose dans un café et à l’hôtel est la bienvenue ! Puis après une bonne douche froide, nous voilà reparti dans les rues de Aguas Calientes où nous mangerons et boirons afin de récupérer les forces laissées durant cette journée incroyable !


Publié à 04:02, le 10/08/2008,
Mots clefs :
.. Lien


{ Page précédente } { Page 13 sur 49 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Où suis-je actuellement ?






Rubriques


Derniers articles

La decouverte du Paraguay - Vendredi 22 Aout
Les ruines de Samaipata - jeudi 21 Aout
Samaipata : si pres de la jungle... - Mercredi 20 Aout
Santa Cruz : ville VIDE ! Mardi 19 Aout
Sucre : jour 2 - Lundi 18 Aout

Menu


Amis